Problématisation

Ce projet de recherche est construit autour d’une problématisation visant à considérer « la pandémie comme révélateur et comme épreuve(s) »

Ces deux notions – de révélateur et d’épreuve(s) – méritent d’être construites scientifiquement afin de pouvoir fonctionner comme concepts opératoires. Une esquisse rapide permet de souligner les différentes entrées qu’elles autorisent.

Classiquement la notion de « révélateur », au sens quasi photographique, est une opération qui permet de dévoiler des rapports de force (tensions, concurrences, rivalités), l’existence de structures (juridiques, mentales, anthropologiques), des espaces positionnels ou des normes qui pré-existaient et qui peuvent avoir, ou pas, vocation à perdurer. Cette perspective permet de rendre manifeste les lignes de clivages ou de fractures, les rapports de pouvoir et de domination, les résistances et les pesanteurs, le poids des inégalités socio-économiques qui sous-tendent de façon ordinairement plus opaque – et profonde – les sociétés. Dans cette perspective, cette crise suggère deux lectures qu’il conviendra d’évaluer : la pandémie constitue-t-elle une rupture anthropologique majeure des sociétés contemporaines ou ne vient-elle pas superposer une « nouvelle normalité » sur l’ancienne comme le suggère l’expression oxymorique utilisée par le premier ministre espagnol Pedro Sanchez ? 

Mais ainsi circonscrite, cette notion de révélateur ne doit pas occulter la question des épreuves car la pandémie est aussi un moment de transformations sociétales et internationales dont on ne mesure pas encore les multiples conséquences. Considérer la pandémie comme épreuves (avec la polysémie qui est associée à ce mot) renvoie aux expériences collectives mais aussi individuelles douloureusement traversées (et surmontées) comme aux défis auxquels la pandémie nous confronte.  Ce détour par la notion d’épreuves favorise alors un glissement des interrogations et des hypothèses. Du questionnement liminaire – En quoi la pandémie révèle-t-elle un ordre préexistant ? – nous pouvons aussi souligner ceux-ci : qu’est-ce que la pandémie change dans les rapports sociaux, économiques, juridiques, politiques et géopolitiques ? Qu’est-ce qu’elle transforme dans les façons d’agir, dans le fonctionnement des institutions, dans les manières de penser ? En d’autres termes, ce prisme des épreuves permet d’éclairer la dimension instituante et dynamique que met à jour et que produit la pandémie.