Les axes

Axe 1 Institutions et gouvernance à l’épreuve du covid

Les multiples mesures adoptées par les États (unitaires / fédéraux) comme par l’Union Européenne pour tenter de juguler la pandémie et minorer son impact économique et sociétal offrent un laboratoire pour appréhender le jeu des concurrences / coopérations institutionnelles (altération des rapports entre exécutif, législatif et juridictionnel, perturbation de la répartition territoriale des pouvoirs). Les institutions sanitaires et sociales ont également été particulièrement mises à l’épreuve (échec des ARS, retour de l’échelon départemental comme territoire d’action de l’État). L’action des pouvoirs publics pour stopper la pandémie a conduit en outre à recourir à des mesures contraignantes pour les droits et libertés dans différents champs (restriction de déplacements, fermeture des frontières, altération du fonctionnement de la justice). 

Axe 2 Travail, Espace et Santé 

La pandémie du Covid 19 et l’expérience du confinement qui en a résulté nous invitent à réfléchir sur la question de la santé et du travail. La mise en place massive du télétravail a renforcé le poids du numérique dans un contexte juridique caractérisé par l’absence d’un cadre réglementaire spécifique. En opérant une dilution des délimitations des espaces (privés / professionnels, physiques / symboliques), la dématérialisation a eu des conséquences sur la santé physique et mentale des travailleurs. La question de l’isolement, déterminante, le fut aussi, et avec acuité pour les personnes âgées. À contrecourant des dynamiques de « seniorisation » et du bien-vieillir, la crise du Covid a souligné leurs vulnérabilités (réelles ou perçues). Celles-ci réinterrogent la place de cette population dans nos sociétés, l’efficacité des dispositifs adoptés (et leurs effets contre-productifs comme l’augmentation de l’isolement social, les phénomènes de dépression en confinement, la difficulté d’accès aux EHPAD et leur manque de moyen). Plus largement se trouvent soulevées des questions éthiques et sociétales portant sur l’accompagnement et le respect de la personne. 

Axe 3 La révélation du numérique pendant la crise du covid 

Avec le « Grand confinement », le numérique est devenu une ressource majeure et un enjeu qui affecte le fonctionnement des sociétés. Les dimensions juridiques et politiques sont particulièrement affectées : le droit du travail et des affaires à travers la dématérialisation qu’il impose, le droit international (cybercriminalité, amélioration nécessaire de la connectivité), le droit public (pouvoirs de police et traçage des citoyens, protection des libertés), le droit pénal et le droit civil (révélations de carences , sur le plan technologique par exemple, mais aussi de tendances lourdes comme le recul de la publicité des audiences), le droit de la consommation (contrats du commerce électronique pendant le confinement) sans oublier tous les enjeux  politique et géopolitiques (fake news et infox, censures et désinformations, contrôle des ressources numériques).

Axe 4 Enjeux historiques, politiques, géopolitiques 

Les questions politiques et géopolitiques sont évidemment aussi au cœur de cette pandémie. Le détour de l’histoire rend visible le rôle passé des diverses autorités (politiques ou ecclésiastiques) pour tenter d’endiguer les épidémies (de peste ou de choléra) et protéger la population : des mesures sanitaires et des mesures restrictives de liberté (quarantaine, lazarets…). Sur le plan politique deux axes majeurs se dessinent : la communication politique (la rhétorique politique en temps de crise, la codification de la parole politique) et les politiques publiques et les questions de biopolitique (l’étude des processus décisionnels, la mise en œuvre des politiques publiques, le poids et des experts, les rivalités de pouvoirs qu’atteste le débat sur l’hydroxychloroquine). Enfin, sur le plan géopolitique, la crise a soulevé et soulève de nombreux aspects qui renvoient aux poids des organisations (OMS) mais aussi à la redéfinition des équilibres internationaux (prétentions chinoises et soft power, fragilité de l’Union Européenne…)

Axe 5 Economie et Sociétés

Le confinement lié à la crise du Covid 19 a eu pour conséquence un ralentissement voire un arrêt brutal de nombreux secteurs de l’économie entraînant des perspectives de récession d’une magnitude de grande ampleur. Aucun segment (ou presque) de l’économie n’est épargné, entrainant une hausse spectaculaire du chômage, des licenciements et des faillites d’entreprises. Face à ces perspectives, les Etats comme les institutions (Union Européenne, Fed ou Bce), forts de l’expérience de la crise économique de 2008, se sont mobilisés et ont injecté massivement des liquidités pour tenter d’enrayer cette spirale dans une économie mondialisée, mesures qui n’iront pas sans soulever des interrogations sur les montants vertigineux des dettes et leur impact sur les finances publiques des Etats.

Sur le plan sociétal, la pandémie s’est traduite non seulement par l’émergence d’un nouvel idiome (gestes barrières, confinement, distanciation sociale…) mais aussi par une nouvelle modélisation des interactions. A l’abri des masques qui diluent ou redéfinissent les identités, on assiste à l’émergence d’un nouveau gouvernement des corps et à une redéfinition des « rites d’interaction » (E. Goffman). Plus largement, ce sont les sociétés toutes entières qui sont affectées en profondeur. La pandémie a mis à jour avec acuité le poids des inégalités – socio-économiques, générationnelles, ethniques – face à la maladie, aux soins, au vieillissement et à la mort, mais également la persistance (l’amplification ?) des formes de discrimination et de violences.